Ubuntu, où t’en vas-tu?

En effet on apprend aujourd’hui sur ce post d’ecrans.fr qu’OpenOffice pourrait être enlevé de la liste des applications pré-installées.
Je reste au conditionnel car l’info reste encore à vérifier, mais si celà était le cas, et qu’effectivement il faudrait ouvrir ses docs avec Google Docs (sic), et après l’info qui verra Yahoo! comme moteur de recherche par défaut (on voit le lien avec Microsoft), Ubuntu donne bien le sentiment de «légèrement» trahir ses utilisateurs.

Certes il sera toujours possible, je pense, d’installer OpenOffice par la suite mais on voit bien là le souci de rentabilité et les accords commerciaux avec des partenaires douteux à mon goût.
Mais çà n’engage que moi.
Surtout quand on sait que l’article 11 des CGU prévoit que tout contenu transitant par ses serveurs pourra être, je cite :
« reproduit, adapté, modifié, traduit, publié, représenté, affiché et distribué » à sa guise…

Je ne sais ce qui va se dire et passer sur le forum Ubuntu-fr mais il va y avoir de l’ambiance, çà c’est sûr.
Je suis bien content d’avoir migré sur Fedora il y a plusieurs mois.
Qu’Ubuntu veuille rentabiliser, on peut le comprendre mais au détriment de sa promesse : « un noyau d’applications libres et open source », il y a un grand pas de franchit.
Sans compter que Gimp sera remplacé par F-Spot, on se demande où cherche à aller Mark Shuttleworth, où plutôt on ne le voit que trop bien.
Rentabilité, rentabilité, même s’il faut « écorcher » quelques promesses et la philosophie de départ d’Ubuntu.
Viendront dans quelques temps les logiciels payants dans la Logithèque Ubuntu.

Après personnellement que Linux soit «représenté» si je puis m’exprimer ainsi sur le Web, dans la presse sous toutes ses formes par Ubuntu me dérange un peu ( beaucoup ).
Il y a des centaines de distributions, une grosse dizaine de majeures, et la philosophie d’Ubuntu n’est pas celle des autres distributions.
Il y a un amalgame qui se fait pour l’internaute lambda qui n’est bon ni pour Linux ni pour le monde du libre en général.

Les utilisateurs migreront si çà ne leur convient plus, je ne suis pas sûr qu’Ubuntu gagne des utilisateurs à ce jeu mais l’avenir le dira.

Une réponse à “Ubuntu, où t’en vas-tu?