Fedora: De X à Wayland !

Après celle de Mark Shuttleworth à propos d’Unity, vint celle de l’abandon de X pour Wayland sur Ubuntu, et l’annonce faite, la semaine dernière, par Adam Jackson sur la mailing-list à propos de Wayland a surpris tout le monde, tant dans la communauté Fedora que dans celle de GNU/Linux.
Revenons sur cette annonce que j’ai essayé de traduire de mon mieux :

Je pense que nous voudrions voir la communauté de Fedora résoudre sa position sur le sujet de sorte qu’il puisse dire aux débeloppeurs de Wayland « si vous continuez sur cette voie, alors pendant que les choses se tiennent, Fedora n’en fera pas une partie de l’installation par défaut ».

Bien, la partie graphique de Fedora repose fondamentalement sur moi, Kevin Martin, et Dave Airlie, et puisque nous traînions aux Linux Plumbers Conference la semaine dernière et avons parlé de ceci, voici le consensus approximatif que je pense que nous avons atteint :

Wayland n’est pas utilisable par défaut encore. Il sera probablement empaqueté dans F15 comme quelque chose avec lequel vous pourrez jouer. Nous n’avons pas même une liste complète de critères de transition encore, encore moins un calendrier pour le changement par défaut. Mais il est susceptible de se produire par la suite parce que c’est une victoire sérieuse pour beaucoup de choses, et les désavantages sont assez négligeables en dépit de la crainte du poulailler.

Qu’est-ce que Wayland ?

Expliquons un peu de quoi on parle.

Le développement de Wayland a été initié par Kristian Høgsberg, l’un des membres de l’Intel OSTC (Open Source Technology Center)1.
Wayland est un logiciel libre publié sous Licence MIT.
Wayland utilise les technologies récentes du noyau Linux comme le DRM, KMS et GEM, dans le but de fournir un serveur d’affichage minimal, léger et performant.
Wayland est considéré comme un potentiel futur remplaçant du serveur X.Org, mais peut également héberger des serveurs X et GDM.
Le premier déploiement de Wayland devrait se produire au sein du projet MeeGo, développé par Intel et Nokia.
La distribution Ubuntu envisage sérieusement de l’intégrer en vue de remplacer X.Org

Il était prévu que Wayland soit, déjà, empaqueté pour Fedora 15, ce qui vient d’être fait car il a d’ores et déjà été packagé.
Cà rigole pas, c’est dire si Wayland est définitivement très important pour Fedora/Red Hat aussi.
Mais il ne sera pas encore le serveur graphique par défaut mais le deviendra à plus ou moins court terme.
Mais, car il y a un mais, celà pose aussi, et surtout de nombreux soucis et bien des interrogations, car tout est bâti et repose sur X.
Les environnements de bureau comme Gnome et KDE, les pilotes graphiques, et quand on sait que les plans de Nvidia sont de ne pas supporter Wayland ( du moins pour le moment ), un tel changement est énorme car il va susciter un nombre colossal de travaux et mises à jour logicielles.

Wayland, solution d’avenir ?

Shuttleworth, et Fedora/Red/Hat, ont t’il raison de vouloir switcher à terme sur Wayland et de laisser tomber Xorg un peu vieillissant ?
Celà prendra quelques années avant de laisser tomber complètement X, le temps de tout mettre à jour, d’avoir des pilotes graphiques libres au point, tant sur la stabilité, que la fiabilité et avec contrôle de la consommation si possible.
Et là il y a du boulot, même si dans mon cas je suis satisfait du pilote libre nouveau qui permet d’avoir la 3D.

Maintenant, X se fait un peu vieillissant, du neuf est toujours bon, il faut savoir innover et avancer.
Et dans ces cas là, vous le savez aussi bien que moi, il y en a(ura) toujours pour critiquer à l’avance les futures avancées et progrès.
Souvenons nous par exemple de Pulse Audio, ce n’est pas si vieux !
Tout le monde a crié au loup sur toutes les boards de toutes les distros, et finalement aujourd’hui tout le monde en est content.
Certes comme je l’ai dit, celà représente une somme considérable de travail pour développer et tout mettre à jour, mais paris ne s’est pas fait en un jour non plus.
Cessons de critiquer sans savoir comment ce sera, comment çà se passera.
Attendons de voir, laissons le temps au temps.
Peu importe pourquoi Canonical a fait ce choix, que Fedora/Red Hat a suivi aussi, il y a évidemment du marketing derrière tout çà, mais au final l’utilisateur sera gagnant, et même s’il y aura quelques ratés, tout le monde y gagnera probablement en confort, et dans l’utilisation de sa distro.
On refait bien les peintures chez nous de temps en temps, et j’en suis à penser que cette évolution sera, au final, bénéfique pour tout le monde.
Quoi qu’il en soit le changement est en marche, il demandera du temps, à nous de tester, proposer pour arriver à quelquechose qui, je l’espère, convaincra plus d’utilisateurs à venir sur GNU/Linux.
J’en reparlerai sûrement quand il y aura plus d’infos sur Wayland chez Fedora.

Quelques liens à propos de Wayland :

  • Fedora, like Ubuntu, to dump X for Wayland
  • Fedora To Eventually Move to Wayland, Too
  • The Fedora Plans For Wayland
  • Clementine – Le player fork d’ Amarok


    Clémentine – Onglet Bibliothèque

    J’avais vu passer une info sur un nouveau player appelé Clémentine.
    Fedora 14 étant désormais installé, j’ai installé ce player afin de le tester et de vous en parler.
    Effectivement celà ressemble fort à Amarok, et bien qu’écrit en QT, je sens ce player beaucoup plus léger de prime abord que ne peut l’être le player fétiche de KDE.
    Autre avantage si, comme moi, l’on est sous Gnome, aucune dépendance de KDE ne s’installe !
    Comme vous le voyez dans le tableau de bord, un joli quartier de clémentine représentant le player s’y trouve.


    Clémentine – Onglet Fichiers

    Comme le montre l’image ci-dessus quatre onglets sont présents :

  • Bibliothèque
  • Fichiers
  • Internet
  • Périphériques
  • Ce qui permet d’accéder facilement à ses fichiers si l’on veut juste ajouter un morceau sans avoir à demander à Clémentine de mettre à jour la bibliothèque.
    L’onglet Internet vous permet d’écouter Last FM, SomaFM, Magnatune ou d’ajouter vos propres flux radios.
    Pratique.


    Clémentine – Onglet Internet

    Il y a une fonction très pratique via le menu outils – gestionnaire de jaquettes où vous pouvez récupérer les jaquettes manquantes pour chaque album, je ne sais si celà est présent sur Amarok, mais j’aime le fait que celà soit intégré d’office dans ce Player.
    Une capture d’écran ci-dessous pour voir à quoi çà ressemble.


    Clémentine – Gestionnaire de jaquettes

    Bien entendu toujours via le menu outils, il y a aussi un gestionnaire de file d’attente, égaliseur, visualisation et surtout un outil pour transcoder de la musique.
    Je n’ai pas testé mais je troouve celà intéressant.
    Et l’on retrouve d’autres fonctions présentes dans d’autres player du même type, comme Amarok.
    A mesure que la lecture se fait le quartier de Clémentine présent dans le tableau de bord avance en même temps, passant du orange au gris, avertissant de la fin proche de la chanson.


    Clémentine – Morceau défilant

    Au final un player vraiment très sympa, bien plus léger et bien moins mastodonte qu’ Amarok ou Exaile, à découvrir pour celles et ceux qui aiment ce type de player.
    Petit regret minime, qu’il ne soit pas présent dans la liste des players proposés par gnome-music-applet.
    Mais c’est un moindre mal 🙂

    ————————————————————————————————————————————————————————————————————–

    INSTALLATION

    Plusieurs choix s’offrent à vous :

  • Télécharger directement sur le site de Clémentine le .deb ou le .rpm ( pour Fedora 13 )
  • Fedora 14 : Clémentine est présent dans les dépôts donc un simple :
  • yum install clementine

    Pensez à installer les dépôts rpm fusion free & non-free, si ce n’est pas fait : Dépôts RPM Fusion Free & Non-Free Fedora

  • Ubuntu : un ppa existe : PPA Clémentine valable pour Maverick, Lucid & Karmic.
  • sudo add-apt-repository ppa:riccetn/clementine
    sudo apt-get update
    sudo apt-get install clementine

    Un player très agréable et séduisant, léger qui a plus d’un atout et un bel avenir je pense.
    A vos tests et réponses en commentaire.
    Enjoy 🙂

    [HowTo] Fedora 14 – Petits soucis après installation

    Je suis donc passé de Fedora 13 à Fedora 14
    Installation rapide, mon laptop commencant à dater et parfois à  » chauffer  » un peu, je préfère le Live CD que le DVD.
    Pas de soucis particuliers, et après un yum update yum et un yum update, reboot et là premier souci avec le kernel 2.6.35.6-48.
    Pas de boot mais un joli kernel panic !
    Pas d’affolement on reboot sur l’ancien, le 2.6.35.6-45.
    Après avoir posté sur le forum et avoir lu les différents autres posts, il apparaît, après avoir édité le grub.conf, qu’il manque initramfs-2.6.35.6-48.fc14.i686.img alors que initramfs-2.6.35.6-45.fc14.i686.img est bien présent…
    L’update n’a pas généré correctement l’initramfs-2.6.35.6-48.fc14.i686.img.

    La solution réside dans un:

    yum udpate
    yum remove kernel-2.6.35.6-48*
    yum update

    On réinstalle le kernel 2.6.35.6-48 et au reboot, on démarre bien sur le kernel 2.6.35.6-48 !
    Et cette fois-ci le grub.conf est correct.
    Petit bug de distro venant de sortir, pas grave mais embêtant.
    La solution est assez simple heureusement, encore fallait-il y penser 😉
    Merci à balustre pour son accompagnement & aide 🙂

    ————————————————————————————————————————————————————————————————————–

    Mais il me restait un autre souci, pas grave mais qui m’a fait cherché une journée alors que c’était tout bête.
    J’avais sauvegardé, entre autres, mon profil Firefox sur un hdd externe avant mon installation propre de Fedora 14.
    Et sur cette distro j’utilise, surtout, la version 4.0 beta 6 dispo sur les dépôts de rémi
    Pas envie de tout réinstaller ( Thèmes, extensions, réglages etc… ).
    Mais souci avec certains sites, comme mon panneau admin WordPress, Facebook, le site anglais de Fedora où je ne voyais rien du tout de ce qui était écrit !

    Et aucun souci d’affichage avec Opera et Chromium.
    Je teste avec Flock, pensant à un problème d’extension, bien qu’il n’y ait pas de raison puisque tout fonctionnait bien sous Fedora 13 et là même souci qu’avec Firefox !!
    Donc çà ne venait pas des extensions Firefox.
    J’ai pensé au pilote nouveau mais dans ce cas j’aurai eu le souci avec Opera et Chromium !
    Et à force de chercher dans Firefox j’ai fini par trouver l’astuce, toute bête !!

    En fait il faut faire :

  • Edition –> Préférences –> Onglet Contenu, cliquer sur avancé et décocher:
  • Autoriser les pages web à utiliser leurs propres polices au lieu de celles choisies ci-dessus

    Je ne me rappele pas si sur Fedora 13, cette case était cochée ou pas, en tout cas sur Fedora 14, la solution était là sous mes yeux.
    J’espère que ceci en aidera certain(e)s s’ils étaient confronté aux mêmes probèmes.
    La distro a gagné en vitesse et la stabilité est plus que jamais de mise.
    Après quand au design, heureusement que gnome-look.org et DeviantArt sont présents pour customiser à notre souhait, car celui-ci à mon goût est, comme depuis quelques versions, raté et moche !
    Et un design est comme une vitrine de boutique c’est, souvent, ce qui donne envie de rentrer, même s’il n’y a pas que çà qui compte !
    Bon week-end à toutes et tous, et quelle que soit la distro, peu importe du moment qu’on est libre ! 😉

    Nautilus-terminal [Fedora]

    Nautilus, le gestionnaire de fichiers de Gnome, est riche en extensions de toutes sortes, mais j’en ai découvert une que je ne connaissais pas encore et je voulais donc vous la faire partager.
    Nautilus-terminal, c’est son nom, permet d’avoir un terminal ouvert directement dans Nautilus et vous suit dans l’exploration de vos fichiers.

    Description du paquet

    La console de Nautilus est une console incluse dans Nautilus, le navigateur du dossier du gnome.
    Elle est toujours ouverte dans le dossier courant, et suit la navigation (comme une commande) « cd » automatisée.

    Je trouve l’idée intéressante, que ce soit pour un débutant qui ne connaisse pas encore toutes les lignes de commande, ou pour quelqu’un qui trouve çà plus rapide ou ait besoin de visibilité sur ce qu’il fait.
    Je pense que certains trouveront à y redire, je trouve cette extension intéressante pour ma part.
    Je ne sais si elle existe d’ores et déjà sur les autres distros, c’est un paquet récent apparemment sur Fedora.

    Vous me direz si vous connaissiez et si elle est présente dans d’autres distros, je pourrai updater ce billet dans ce cas 🙂

    [How To]: Retrouver vos extensions, thèmes, profil Firefox en un clic

    Petit how to rapide:

    Ce tuto est valable, non seulement, sur toute distribution Linux mais sur Windows aussi.
    Vous avez une certaine quantité de thèmes, d’extensions installées, sans compter tous les réglages que vous avez pu faire dessus, et vous allez installer la nouvelle version de Fedora, Ubuntu, Archlinux ou autre et vous ne voulez pas passer deux heurs à tout réinstaller ?

    Cà m’est arrivé et on y passe autant de temps qu’à installer plus configurer la nouvelle version de sa distribution.
    La soluce est extrêmement simple.
    On va dans son :
    /home/user/mozilla/firefox
    Et on sauvegarde tout son dossier : xxxxxxxxx.defaut

    Une fois votre nouvelle installation faite il ne reste plus, après avoir updaté et mis à jour votre distribution, qu’à copier/coller le contenu du dossier de votre profil dans le dossier correspondant.
    Et vous retrouvez votre firefox identique à la version que vous aviez avant votre nouvelle installation.
    Et çà fonctionne autant pour firefox 3.6.8 et la version 4.0 beta 4.
    Sur Fedora çà fonctionne parfaitement.
    Pratique, rapide et évite bien des tracas, surtout si l’on a pas noté tout ce qu’on avait installé et fait sur firefox.
    Ceci est valable sur tous les navigateurs basés sur firefox, comme seamonkey, flock etc…

    [updated] Des idées pour la vente liée ?

    C’est un article de Sckyzo qui m’a donné l’idée de ce billet ce matin.
    Mais placons tout d’abord le débat.
    Son idée est que les constructeurs proposent un DVD multi-boot qui permettrait d’installer au choix Windows ou Ubuntu dans un premier temps.
    L’utilisateur aurait ainsi le choix du système d’exploitation qu’il veut essayer et installer.
    Et permettrait de voir ce monde Linuxien dont on parle tant mais qui fait toujours un peu peur.
    Ce là irait dans le sens de la loi sur la vente liée qui, je le rappelle, est interdite !

    Si je trouve son idée très bonne, il me reste quelques craintes que j’ai évoqué succintement en réponse à son billet.
    Il me semble qu’un tel DVD ‘sectariserait’ ( ou risquerait de le faire ) un peu plus Ubuntu qui je trouve ( et il n’y a pas que moi ) se ‘ propriétarise ‘ de plus en plus en lorgant, passez moi l’expression, un peu chez Microsoft et un peu chez Apple.
    De plus, celà ne va t’il pas nuire à l’image de cette distribution déjà bien malmenée suite aux choix faits par Canonical pour son avenir.

    Et quid des autres distributions ( Fedora, Mandriva pour les plus importantes ) ?
    J’utilise Fedora et celle-ci est aussi simple à installer qu’Ubuntu, bien plus stable et en avance en termes d’applications, noyaux etc…
    Pourquoi TOUJOURS Ubuntu ?
    S’il y avait des accords commerciaux, les retombées financières ne seraient que pour Canonical !

    Pourquoi toujours mettre en avant une distribution plus qu’une autre ?
    Là il y a quelquechose qui me ‘choque’ un peu.
    Et des WebOS tel ChromeOS ou Ulteo ( Créée par Gaël Duval créateur de Mandrake devenue Mandriva ) auront-ils leur mot à dire ?
    Si une telle pratique était mise en place nul doute que Google voudra avoir son mot à dire, surtout que la firme déploie de plus en plus sa toile Big Brotherienne.
    A mon sens, Fedora a autant le droit d’être proposée qu’Ubuntu si un tel DVD ou procédé existait un jour.

    Et, surtout, l’utilisateur dans tout çà ?
    Qui va lui montrer et le faire essayer, le guider dans son choix ?
    Une nouvelle profession ou des vendeurs ( enfin ) spécialisés ?
    Et cette personne sera-t’elle vraiment professionnelle et objective dans ses explications entre les avantages de chaque système d’exploitation ?
    Son expérience personnelle, surtout s’il utilise Linux chez lui, entrera t’elle en ligne de compte ?
    Et si, un jour, un tel système existe à quel niveau ( s’il y en a un ) le magasin peut-il être gagnant de proposer celà à ses clients ?
    Je me fais l’avocat du diable mais pour la bonne cause.

    Comme Sckyzo j’ai envie qu’une pratique comme celle-ci existe, surtout quand on sait que la vente liée est interdite, celà devrait presque être obligatoire et imposé par l’Union Européenne.
    Maintenant quand on sait ce que pense le Ministère de la Culture des principales Assos du Libre françaises, je me dis que c’est pas gagné.
    Mais si des personnes comme Tristan Nitot ( Mozilla Europe ), les gens de chez Ubuntu/Canonical, Fedora plus L’APRIL, la FSF, la CNIL et que sais-je encore se concertaient afin d’établir des propositions sérieuses, peut-être en haut lieu, celles-ci seraient-elles considérées, voire appliquées un jour.
    On peut rêver, mais je ne pense pas être le seul à y penser.
    Après, je jour où celà sera en place, une question me vient déjà.
    Que gagnera Linux à être démocratisé ?
    S’il faut universaliser l’Open Source et les Logiciels Libres, faut-il que Linux fasse de même ?
    (Merci à Sckyzo pour l’idée ;))

    [Mea Culpa]: Suite aux autres commentaires du post de Sckyzo, j’avoue que j’avais oublié un paramètre important et essentiel.
    Le prix de vente de Windows!!
    Et un tel système aurait, je pense, du mal à exister car Linux est libre et gratuit et pas Windows.
    Microsoft crierait au loup!
    On peut les comprendre 🙂
    Mais ceci dit, et après réflexion, peut-être celà peut-il exister malgré tout chez certains revendeurs qui seraient spécialisés et qui sauraient prendre le temps pour les clients.
    En précisant bien le prix de l’ordinateur suivant le système d’exploitation installé.
    Mais celà supposerait que rien n’est pré-installé à l’avance, que les processeurs ne sont plus tatoués par exemple.
    Dur à imaginer mais qui sait.
    Les PC seraient vendus nus et le vendeur ferait une ‘démonstration’ des différents systèmes d’exploitation.
    Sachant tous les enjeux économiques pour tous les acteurs, y compris pour le magasin qui doit faire du chiffre, je ne sais si c’est concevable.
    Les mentalités, et pas que çà, seront dures à changer.
    Mais avec le temps, who knows?
    Faites des install-party et pas que dans des salles de gymnase ou de salle des fêtes ou autres locaux.
    Pouvoir en réaliser dans des centres commerciaux ou dehors par beau temps dans votre ville serait bien je trouve.
    Il faudra, pour conclure, du temps, de la patience, de la dévotion, de l’amour du logiciel libre de l’open source et de linux pour expliquer aux gens.
    Leur montrer, démontrer, tout ce qu’on peut faire avec Linux.
    N’oublions pas que la vente liée est interdite !!
    Certains diront que je suis utopiste ?
    Oui et ?
    Si je ne l’étais pas je baisserai donc les bras et celà ne serait que pire.
    Y croire c’est vouloir et vouloir c’est pouvoir.